Lors de la recherche d'un cheval en vue de son acquisition, plusieurs éléments sont à prendre en compte et à étudier avant de se mettre en quête de la perle rare. Le premier aspect, et non des moindres, est le budget. Quelques soient nos objectifs (compétition, commerce), cet animal a un coût auquel vont venir s'ajouter les frais liés à la recherche elle-même, l'achat, le transport jusqu'aux écuries, la pension si c'est le cas et les divers frais d'entretien.
 

 

Quand la recherche est faite seul(e), celle-ci doit être organisée d'abord dans sa forme. Plusieurs solutions s'offrent à nous grâce aux moyens de communication actuels (revues spécialisées, annonces sur internet) ou simplement par les annonces affichées dans les boutiques ou les évènements équestres. Inutile dans ce cas de se jeter sur le premier cheval venu sous prétexte que c'est le moment idéal. Se donner le temps pour comparer les tarifs pratiqués par différents vendeurs pour des animaux de calibre équivalent en fonction des renseignements fournis. Ne pas se précipiter à cet avantage qu'il permet de mûrir notre réflexion quant à nos réelles attentes personnelles plutôt que de laisser les choses se faire d'elles-mêmes. Le contact peut également être pris avec un marchand de chevaux. Professionnel du commerce, celui-ci est généralement apte à assurer un service simplifié (livraison, essai, échange, etc...) et dispose souvent de plusieurs animaux correspondant à nos besoins. Dans certains cas, il peut même organiser pour nous une tournée chez ses différents clients afin de nous en présenter un éventail encore élargi. Ce principe est aussi celui des courtiers qui ne disposent pas forcément de chevaux mais de suffisamment de contacts pour trouver le cheval qui peut nous satisfaire. Dans ces deux cas, une commission est prise sur le prix d'achat ou de vente (10% en règle générale). 

 

 

Le budget réservé à cet achat est fixé à l'avance, avec tout de même une marge de manoeuvre. Ne pas oublier que la visite vétérinaire est généralement à nos frais, même si la tendance commence à changer. 

 

Les dépenses de transport ou de livraison dépendent de l'organisation choisie pour le trajet jusqu'aux écuries et reste également souvent à nos frais. 

 

En ce qui concerne les dépenses d'entretien, pour un premier cheval, le budget est évalué au plus large, de manière à éviter les situations critiques. Quand un tel achat est chose courante, la méthode de fonctionnement est ajustée avec l'expérience. Le budget prévisionnel doit également comporter une part réservée aux urgences (soins, opérations,etc.), un plafond mis en place pour chaque éventualité. 

 

Avant de prendre rendez-vous avec un vendeur, il est préférable d'obtenir de lui les renseignements principaux qui nous intéressent pour éviter à l'un et à l'autre une perte de temps. Quand le cheval convoité se trouve dans une région éloignée, une vidéo comportant des paramètres spécifiques peut être demandée au propriétaire (modèle de profil, pas et trot en main, en ligne droite, de face, de dos, en liberté, etc...) accompagné d'une copie de la dernière visite vétérinaire (récente) quand celle-ci est effectuée. Les résultats sportifs des chevaux qui tournent en compétition sont obtenus auprès du propriétaire ou de l'organisme concerné. Quand l'animal sélectionné répond aux différents critères recherchés, l'étape suivante est l'essai. Prévoir pour cela quelques heures, entre l'arrivée et le départ des écuries, de manière à ne pas effectuer ce test dans la précipitation. Organiser son déplacement pour arriver à l'heure prévue, voire avant, ce qui nous permettra de nous imprégner des lieux et de la façon de faire des personnes y travaillant. L'atmosphère de l'écurie, sa vie et son organisation sont autant de détails qui nous permettent de sentir le milieu dans lequel évoluent les animaux, dont celui que l'on est venu voir. 

 

Avant que l'essai ne commence, ne pas hésiter à demander de seller sois-même le cheval en question pour avoir avec lui un premier contact. Observer son attitude au boxe et ses réactions aux différents actes normalement entrepris lorsqu'on le prépare. Le premier cavalier à le monter, pour nous le présenter, est d'abord son cavalier habituel, sur une détente simple et un début de travail. Les demandes peuvent lui être faites dans la recherche d'attitude, de cadence ou de rythme et dans l'exécution d'exercices précis. Avant de monter à notre tour, il est préférable d'informer le propriétaire quant à nos attentes en général et sur cette séance en particulier. Des conseils peuvent ainsi lui être glanés afin de mieux faire connaissance avec cette monture et son apprentissage. L'essai doit être efficace, c'est-à-dire que nous devons réussir à découvrir ses qualités et ses défauts avant que la fatigue n'intervienne. 

Quand l'essai est terminé, soit le cheval ne convient pas à nos attentes, soit il y convient mais quelques détails d'apprentissage ou de comportement nous empêchent de conclure immédiatement un marché. Dans ce cas, il y a généralement avec les professionnel du cheval possibilité d'essai prolongé sous différentes conditions. Le plus important est dans cette éventualité de souscrire à une assurance accident, soins et mortalité pour le cheval en question et pour la durée de l'essai c'est-à-dire tant que le cheval est sous notre responsabilité. Pendant cette période, l'objectif sera de déterminer exactement où cette monture en est dans le travail, mais aussi de lui apprendre de nouvelles choses pour connaître sa faculté d'assimilation envers celui-ci. L'idéal, aux écuries, est de ne pas changer ses habitudes alimentaires tant qu'il n'est pas notre propriété. Limiter les risques de blessure en ne mettant pas ce cheval étranger dans un boxe ou dans un paddock dangereux, en le montant dans des zones à risque, etc.

 

 

 

 

 Suite à une telle étape concluante, il ne reste donc plus qu'à officialiser l'achat avec la signature du contrat de vente et le règlement de la nouvelle monture. Les questions qui auraient été oubliées auparavant sont posées après avoir été prises en note quand elles apparaissent aux différents stades de l'essai (si il a duré plusieurs jours). 

 

 

Il n'y a plus pour finir qu'à enregistrer le titre de propriété à notre nom et à former cette monture pour aller avec elle là où ses capacités et le potentiel que l'on y a décelé le permettent.

 

 

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement