Un cheval qui associe un manque d'équilibre et un manque de souplesse a tendance à se coucher sur les courbes et les cercles en ne tournant que d'un seul bloc. De sorte à corriger ce défaut, le piège à éviter est de ne pas travailler en rêne d'appui car le problème sera masqué sans être résolu. Il est indispensable de travailler en rêne d'ouverture (qui peut-être un peu plus haute que la rêne extérieure) aidée par une forte rêne régulatrice (pas trop basse, la règle étant plus haute que la bouche) qui elle-même pourra être écartée de l'encolure au besoin. De cette façon, il sera possible d'emmener l'avant-main vers l'extérieur en gardant le bout du nez à l'intérieur. La jambe intérieure aura une action importante en agissant par petits coups énergiques au rythme du pas jusqu'à ce que le cheval réagisse aux simples pressions. Le poids du corps du cavalier sera porté vers l'extérieur. 

Un exercice utile dans ce cas et qui prend le contre pied de cette tendance, est par exemple de commencer un cercle à une main jusqu'à ce que le cheval veuille s'y coucher. Changer alors immédiatement de main en passant par une ou deux foulées droites (à l'image des huits de chiffre: au trot, changer de pied au début des foulées en ligne droite). Procéder de la même manière à cette main et ainsi de suite jusqu'à ce que le cheval puisse faire un huit de chiffre complet et correct puis un cercle entier sans se coucher vers l'intérieur. Ne travailler qu'au pas et au trot.

Il sera ensuite conseillé de travailler, surtout au pas pour commencer, l'élargissement des cercles en conservant l'incurvation , pour une découverte du centre de gravité et une décomposition de son déplacement. 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement