Quand un chemin à été choisi pour la mise en route de la séance, la phase de galop se fera en fonction du terrain et du stade d'apprentissage de notre élève équin:
 
 -Un sol trop dur est bien sûr à proscrire, un sol trop mou ne peut être utilisé que brièvement.
 
 -Avec un jeune cheval pas encore trés équilibré, le galop sera pour le moment demandé sur l'aire de travail et sur de grands cercles et à un rythme soutenu, attitude basse plutôt qu'en ligne droite. Néanmoins, cela n'empêche pas de galoper quand l'objet de la séance est une sortie en extérieur exclusivement.
 
Un cheval d'expérience peut être détendu aux trois allures en terrain varié, les figures et les assouplissements complétant cette sortie étant demandés au retour sur l'aire de travail.
 
Les premières transitions, montantes et descendantes sont progressives. Les changements de pieds, quand ils sont acquis, n'interviennent qu'après l'échauffement à chaque main, celui-ci ayant débuté du côté où le cheval est naturellement le plus à l'aise.
 

L'objectif de la détente est tout d'abord de mettre le cheval dans de bonnes dispositions pour travailler, ce n'est pas le début du travail. Le temps passé pour ce faire n'est pas du temps perdu car le cheval est plus disponible physiquement et psychologiquement quand le temps de s'ajuster lui est donné.

Quand la période d'échauffement se termine, le cheval doit être prêt à commencer le travail. Cela implique qu'il soit maintenant disponible pour ce que l'on va lui demander par la suite et la fin de la détente est le moment où l'acquis est mis en perspective. En fonction du stade de dressage, tous les assouplissements, déplacements latéraux (qui auront pu être commencés dès la fin de la période de trot), la mise sur la main, les changements de pieds et reculés vont permettre à notre monture d'entrer dans une phase d'attention plus importante pour la préparer à l'apprentissage de choses nouvelles. Elle sera, de plus, physiquement prête aux efforts plus importants. Rien ne sert néanmoins de la fatiguer inutilement: deux à trois éxécutions suffisent pour chaque demande, hormis la mise sur la main qui devra être gardée de façon constante.
La détente, qui correspond à l'avant travail et qui se répète chaque jour, doit-être variée et aérée pour éviter la monotonie. Il est essentiel que le cheval garde jour après jour son entrain et ses signes de gaitée doivent être interprétés correctement pour ne pas le sanctionner inutilement. Il doit cependant respecter certaines règles qui ne font de lui un animal dangeureux ni pour son cavalier, ni pour les personnes évoluant dans son environnement.
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement