La recherche de base dans le travail du cheval est tout d'abord la rectitude en ligne droite et l'incurvation sur les courbes. Dans cet optique, le cheval ne doit pas être plus plié que la courbe sur laquelle il se trouve, c'est-à-dire que l'encolure ne doit pas entrer vers l'intérieur plus que le reste du corps. Dans ce cas, une porte serait ouverte à une dissociation de l'avant-main et de l'arrière-main, le contact avec la bouche perdu et la force de tension de la ligne musculaire supérieure affaiblie. De la même manière, demander des flexions latérales de l'encolure à un cheval qui se déplace en ligne droite aurait le même effet. La souplesse et la disponibilité de l'avant-main peuvent être obtenues avant tout pendant une détente sur des courbes quand l'attitude en extension est obtenue puis en travaillant au pas et au trot sur de petits huits de chiffre avec un cheval placé, les incurvations demandées restant égales aux courbes effectuées.

Vouloir obtenir plus n'améliore en rien la découverte et l'exécution des étapes suivantes telles que les déplacements latéraux. 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement