Plus que les amateurs qui évoluent dans le milieu équestre pour le plaisir, les professionnels doivent faire en sorte que leur activité principale soit, au même titre que n'importe quelle autre, efficace et rentable. Pour ce faire, chaque élément composant cette entreprise est pris en compte et considéré seul, l'aspect strictement financier ne suffit pas. L'organisation de la structure et l'esprit qui la font évoluer doivent alors être optimisés. Le travail avec les animaux peut quelquefois ne pas entrer dans le cadre habituel de gestion quand ceux-ci ne sont pas source de production quantifiable mais au contraire jugés sur performance, et c'est le cas ici.

 

Dans ce contexte, le temps de travail des chevaux se trouve souvent soumis différemment aux règles générales et c'est pour cette raison que des priorités doivent être établies pour les travaux annexes en fonction de leur importance, même s'ils ne sont pas directement rentabilisables. Il est donc primordial, dans cet objectif, de ne pas négliger ce dont en apparence on ne profite pas directement. La réorganisation physique des batiments et d'un lieu de travail peut par exemple éviter les allers-retours ou diminuer les distances inutilement parcourues au cours d'une journée. Le matériel utilisé doit également, dans cet optique, rester performant, c'est à dire être réparé ou remplacer lorsqu'il montre des signes de faiblesse, voire amélioré en vue de réduire autant que possible l'effort à fournir ou le temps consacré à son utilisation.

Le planning général est un élément qu'il est aussi possible de modifier en mettant en place une organisation préalablement soumise à différents tests de réalisation et de résultats. Dans ce sens, une tâche quotidienne non primordiale pourra voir sa fréquence diminuer au profit d'une autre jugée plus importante. Au cas où ces changements concernent les clients ou leurs animaux, ils sont généralement acceptés et appréciés quand ils sont précédés d'explications.

 

Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement