Le contact professionnel avec les chevaux demande une attention particulière en ce qui concerne leur santé et leur rythme de vie. Ne pas prendre le temps ou simplement ne pas penser à observer tous les indicateurs qui composent son environnement peut faire passer à côté de problèmes bénins mais qui annoncent ou qui créent des dérèglements plus conséquents.

 

L'observation est aussi un facteur enrichissant quand vient le temps d'évaluer un cheval en vue de son travail ou de son acquisition. À force de volonté, ce sens est travaillé et peut se développer jusqu'à devenir un instinct.

 

Chercher à connaître les chevaux pour mieux anticiper les perturbations qui peuvent troubler le bon déroulement de leur vie quotidienne, et par conséquent leur évolution dans le travail, passe nécessairement par la surveillance jour après jours des différents éléments dont nous disposons pour ce faire. Le matin, dès notre arrivée aux écuries, la distribution du foin est le moment propice au premier coup d'oeil à l'abreuvoir (pour y repérer les éventuels crottins) et à l'état général de tous les chevaux de l'écurie. Profiter du calme matinal permet de déceler les comportements suspects. Le repas de grain devra être précédé de la vérification de la mangeoire car la présence du reste du repas de la veille est un indicateur quant à un problème éventuel, la présence de crottin est peut fréquente mais certains chevaux en prennent quelquefois l'habitude. Elle peut néanmoins révéler un symptôme, une gêne soulagée en s'asseyant ou en se frottant sur l'un ou l'autre des appuis offerts dans leur boxe (vers, mal de dos ou faiblesse des jarrets par exemple). Pour remédier à se problème, une barre de métal peut être installée dans le coin à environ 30 cm de la mangeoire (et de l'abreuvoir). Le nettoyage quotidien des litières est également un moment important dans le processus d'observation du cheval, de son mode de déplacement (si faible soit il) et de son comportement général. La sortie du boxe vers l'aire de préparation ou de travail donne lieu au premier vrai déplacement de la journée et c'est à cet instant que peuvent apparaître les premiers signes de forte boiterie (au pas). Ceux-ci peuvent n'apparaître que lors des premières foulées de trot. Le pansage est également un moment ou le corps de l'animal est regardé en détail.

 

Les chevaux au pré sont les plus à risque quant aux traumatismes physiques dont ils peuvent être l'objet, c'est donc pour cette raison que leur observation doit être détaillée lors de chaque repas. Une blessure non soignée peut se révélée grave après une journée et laisser des cicatrices conséquentes sur le corps de l'animal qui esthétiquement le rendront plus difficile à commercialiser quand bien même physiquement elles ne laisseront pas de séquelles.

 

L'observation et le sens du cheval sont également des atout dans l'apprentissage que chacun souhaite parfaire en vue de déceler chez un sujet les capacités et les points faibles quand vient le temps d'investir dans un cheval ou d'en faire progresser un autre. La justesse et la précision d'un jugement sont la base d'un bon achat ou d'un travail professionnel car un vendeur dévoile rarement les défauts de la monture qu'il présente et les clients qui attendent des résultats concrets en ce qui concerne leurs chevaux ne nous en donnent pas le profil exact. Leur jugement est souvent rendu non-objectif par un mélange de sentiments parfaitement légitimes ou par la volonté de rentabiliser à tout prix le fruit de leur travail. C'est donc la qualité de notre expertise qui détermine la direction que nous donnons à notre travail. Elle permet d'augmenter les responsabilités que l'on nous confie dans un emploi donné ou assure la pérennité de notre entreprise. 

 

 

Faculté qui ne s'acquiert que suite à la volonté et la rigueur, le sens de l'observation est la clef principale de l'homme de cheval. Il ne peut être inculqué sans que le protagoniste ne prenne conscience de son rôle dans le bon fonctionnement de l'entreprise et résulte d'une vision globale des responsabilités qui sont les siennes. Anticiper est réagir aux premiers signes décelables d'une situation anormale avant la dégradation complète de celle-ci. Une période d'adaptation est néanmoins utile à tous pour la connaissance exacte du comportement de chaque animal dans une écurie donnée.

Qualité surtout personnelle, la détermination plus ou moins juste du potentiel d'un cheval n'est que la mise en relation de tous les sujets rencontrés au cours de notre carrière, le fruit de notre expérience qui se précise chaque jour avec la rencontre de montures différentes. 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement