Certains chevaux, surtout les jeunes, laissent traîner les antérieurs au dessus des obstacles. Pour remédier à ce problème, quelques exercices sont envisageables et peuvent entrer dans une séance de saut d'obstacle sur deux.

De manière à ce que le cheval comprenne (grâce à la décomposition du mouvement) et assimile le travail qui lui est demandé, cette activité se fait principalement au trot.

La détente à l'obstacle se fait sur une croix (X) et sur un vertical qui n'excèdent pas 50 cm et précédé d'une barre de réglage (2,50m devant l'obstacle). La barre d'appel (sur le vertical seulement) y est placée bien au pied. Après quelques passages, le travail dont la séance est l'objet peut commencer.

Un premier vertical de 80 cm est équipé d'une barre de réglage et de deux barres en V, c'est à dire que celles-ci reposent un côté sur le sol, (devant l'obstacle et dans l'axe du chandelier) et l'autre côté au milieu de la barre du vertical (pour y faire une pointe dirigée vers l'arrière de l'obstacle). Pour les premiers sauts, cette pointe est ouverte de 2 m en son centre (pour laisser au cheval le temps de s'y habituer) et refermée progressivement à chaque passage correctement réalisé jusqu'à ce que l'extrémité des barres se touchent. Le cavalier doit rester vigilant car ce dispositif impressionne les chevaux, les incite à se retenir devant la barre et à sauter plus haut qu'à l'habitude les premières fois.

Un parcours composés de différents verticaux et d'un ou deux oxers ainsi montés (50cm, barres de réglage, barres en V) est ensuite enchaîné au trot d'une façon fluide, la croix de détente étant le premier du tracé. Les barres en V installées sur les oxers le sont sur le premier plan (première barre) pour les chevaux non-initiés, et peuvent ensuite l'être sur le deuxième (elle passent sous le premier plan) quand l'exercice est devenu une habitude.

Après quelques passages bien exécutés, les verticaux sont montés progressivement mais de façon plus significative (20 cm à la fois) que les oxers pour finalement atteindre 1 m au maximum (80 cm de haut, 60 cm de large pour les oxers). La croix de départ (barre de réglage seulement, pas de barres d'appel, pas de barres en V) est montée progressivement jusqu'à atteindre 1 m en son centre elle aussi. L'action des barres en V est liée à la fermeture de l'angle situé avant la barre à franchir et non dans la pointe formée qui pourrait surplomber le plan horizontal; par conséquent, il est inutile, voire risqué de les faire dépasser de manière trop importante. Pour augmenter la difficulté, il est possible de rapprocher progressivement (10 cm à la fois) la barre de réglage de l'obstacle.

 

Pour terminer une telle séance formatrice mais éprouvante pour le cheval, les barres de réglage sont enlevés (pas les barres en V) et le parcours est effectué au galop, ce qui clôturera ce travail par un exercice plus simple et lui en laissera un bon souvenir général.

Chaque séance de travail à l'obstacle peut commencer par le saut de croix (X) et d'oxers composés de croix au premier plan, surtout pour les jeunes chevaux, car cet obstacle oblige le saut centré et favorise le regroupement des antérieurs. Il est néanmoins important de le monter rapidement (20 cm au centre à chaque fois) pour garder notre monture concentrée, au trot comme au galop. 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement